Cadres noirs - Pierre Lemaitre
« Le combat ne commençait pas à mon avantage. Tous les autres me regardaient, les bras croisés. L'humiliant, ce n'était pas seulement d'en prendre plein la gueule comme ça, dès le premier pas ; d'une certaine façon, c'est ce qui m'arrive en permanence depuis mon premier jour de chômage. Non, l'humiliant, c'était d'être la victime d'un événement prévisible pour tout le monde, sauf pour moi. Le gars qui a pillé tout ce que j'ai a simplement été le plus rapide de tous ceux qui m'attendaient. [...] Je remarque d'ailleurs qu'ensuite, j'ai fait comme les autres : j'ai croisé les bras en assistant au spectacle. »
24/08/2020

Alors autant vous dire que ce bouquin ne donne pas envie d'être chômeur passé 50 ans. Et le pire, c'est que c'est la raison pour laquelle je lui ai prêté beaucoup d'attention, en ces périodes d'économie troublée. Le seul truc qui me rassure, c'est qu'en qualité de dirigeant d'entreprise, je n'aurai même pas droit au chômage. Il est donc utile d'avoir des pistes d'action !

En terme d'action, après 4 ans de chômage ce cadre de 57 ans ne manque pas d'inspiration. Il plonge tête baissé dans une histoire invraisemblable, trahit, vole, se retrouve dans des complications sans nom, rebondit, se réinvente, s'enferre au fil des pages, de plus en plus profond, de plus en plus inventif... Il y a des rebondissements, beaucoup de bas et peu de hauts, des larmes, des douleurs...

Adossez cet histoire à moitié crédible au style élégant de Lemaitre, à un rythme rapide, à cette sensation d'être enfermés, encagés dans la tête du personnage principal et surtout dans ses emmerdes : en vrai, c'est un bouquin qu'on ne lâche pas.


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...