Que ta chute soit lente - Peter James
« Le boulot du producteur, c'était de tenir la barre, de respecter les délais, même quand le monde entier se liguait contre lui. Le planning n'était jamais tenu et le budget continuait à exploser. Produire un film, c'était la promesse d'un merdier sans nom, avec des difficultés à tous les étages. Une météo récalcitrante, des accidents, des crises de nerfs, des tracasseries avec la bureaucratie locale, des dialogues à récrire, des acteurs névrosés, jaloux, insupportables, égocentriques, alcooliques, ou toujours en retard. Dieu les bénisse. »
03/07/2020

Allons directement au coeur du sujet : aucun intérêt. L'histoire n'est pas palpitante, le méchant n'a aucun intérêt, le flic a une vie de flic et le style n'a aucun relief, au point que j'ai galéré pour trouver un paragraphe avec un peu de pep's. Le méchant est bof, ses motivations encore moins : désolé monsieur l'auteur, mais ce bouquin finira dans un arbre à livres...

Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Raphaëlle Dedourge


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...