Cet ouvrage a précédemment paru sous le titre « La Dernière Licorne » derrière le pseudonyme de Tobby Rolland.
18/04/2020

Tapons tout de suite dans le gras du commentaire : je ne l'ai pas fini.

Suis-je dès lors légitime à le commenter ? Voici mes notes en cours de lecture, et basta.

Scénario banal. Présenté sous forme encyclopédique, 9 courses où course en anglais peut se traduire par leçon en français.
Qui en devient intéressant grâce à l'avant-propos inédit de l'auteur, où il promet que tout est vrai.

Quelques centaines de pages plus tard, j'écrivais ça :

Page 675 : et là ça part en couille.
Imaginez. À mesure que vous lisez le chapitre, vous vous rappelez que vous l'avez déjà lu. C'est normal, puisque vous venez de reculer d'un chapitre pour tenter de recoller les morceaux.
Imaginez encore. Vous savez que c'est déjà la troisième fois que vous essayez de vous intéresser à ce chapitre.
Imaginez encore pire : c'est pile le chapitre où « une vingtaine d'hommes armés de kalachnikovs surgirent sur le rebord du plateau. Deux d'entre eux saisirent sans ménagement la fillette par la taille. »

Les deux ? Par la taille ? En même temps ? Tout en tenant les kalach dans l'autre main, on est d'accord ?

C'est là qu'on cesse de haleter, et halte. C'est du roman de quai de gare, abandon à la page 689 sur 760.

SPOILER ALERT : et je ne vous ai pas parlé des extraterrestres !


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...