Muséum - Véronique Roy
« Les faits qui suivirent parlent suffisamment d'eux-mêmes pour ne pas nécessiter de commentaires indiscrets. L'observateur neutre et objectif se bornera à constater que les processus de séduction qui ont présidé au flirt de Léopoldine Devaire et de Johann Kircher d'une part, et à l'union de Laurence Himbert et de Peter Osmond d'autre part, ont suivi des cours très différents, et qu'on ne peut que s'émerveiller de la diversité des comportements humains. Néanmoins, il notera que ces déchaînements hormonaux intervenaient dans un contexte marqué par une suite de morts violentes. Faut-il y voir une simple coïncidence ou une relation de cause à effet ? »
15/05/2019

J'ai rarement pris autant de notes durant la lecture d'un bouquin. Aussi me contenterai-je de vous les livrer telles quelles...

L'auteur procède comme si le lecteur co-écrivait le bouquin, ce qui amène à un style situé entre la confidence et la connivence. Cette association malhabile du lecteur à l'enquête génère une familiarité malvenue.

Trop d'emphase, tout particulièrement dans les dialogues.

L'action se déroulant au sein du Muséum d'Histoire naturelle de Paris, on a des caricatures de scientifiques et l'inévitable tartine de culture associée : Newton et son célèbre «Collectiones ex Novo Lumine Chymico quare ad Praxin spectant - Collectionum explicationes», Theilhard de Chardin, la datura ou les saxifrages ont par exemple chacun son instant de gloire.

Et mon dernier commentaire mentionne un dénouement abracadabrantesque, tiré par les cheveux à la va-comme-je-te-pousse.

C'est dire si j'ai aimé...


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Consultant indépendant en transformation numérique des entreprises le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...