Tu ne te souviendras pas - Sebastian Fitzek
« Stern avait vu beaucoup de choses durant ces dernières heures : des cadavres au crâne défoncé, des morts dans un cabinet médical et dans un réfrigérateur. Sous ses yeux, des gens avaient été roués de coups, pendus, exécutés. Il avait dû endurer le spectacle répugnant d'un enfant essayant désespérément de [...]. Sa vision du monde en avait été bouleversée. Le juriste au formalisme strict s'était mué en sceptique refusant catégoriquement d'exclure la possibilité d'une seconde vie depuis que Simon l'avait conduit d'un phénomène inexplicable à l'autre. »
20/03/2018

Le passage que j'ai mis en exergue illustre assez bien pourquoi, contrairement à son titre, on se souvient parfaitement du bouquin. Bien que j'aie eu un mal de chien à rentrer dedans et à faire copain avec les personnages, j'ai néanmoins reconnu très vite une intrigue bien foutue : un gamin s'accuse de meurtres commis avant sa naissance. Impossible, bien sûr. Sauf qu'il a des preuves, et des bonnes...

Monsieur Toutlemonde ne se reconnaîtra pas dans cet avocat qui part en chasse et à qui il arrive toutes sortes de, disons, de mésaventures. Le style est propre, dynamique, pas de commentaire particulier.

Rien de bien notable, donc. Sauf ce scénario bien fichu qui nous amène quasiment au bout sans rien dévoiler de l'inexplicable...

Traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès

Crédit-photo www.standaardboekhandel.be


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...