La Fille du train - Paula Hawkins
06/08/2017

Peut-on parler d'addictif, comme l'affirme Télérama ? Oui, on peut le dire comme ça : même si elle simple au point d'en être pauvre, l'intrigue est bien montée. Elle concerne trois femmes et leurs compagnons respectifs, pour un total de cinq personnes toutes plus ou moins différentes de ce qu'elles paraissent.

On pourrait dire qu'il s'agit d'un huis-clos symbolique autour de la gare de Witney. Au début, la lecture est surprenante, car on passe à la première personne de femme en femme, en remontant le temps de façon inégale, ce qui impose de vérifier en permanence à la fois qui on lit et quand ça se situe. Un peu compliqué, mais les narrations se rejoignent vite pour se compléter et construire l'histoire.

Ce n'est pas l'histoire elle-même –pauvre comme je l'ai déjà évoqué– qui rend ce bouquin addictif. C'est le fait que, clairement, tout le monde est barré, à chacun sa folie. Du coup, la question n'est pas "qui a commis ?", mais "quelle est sa folie qui le rendrait suspect ?".

Le dénouement est relativement évident une fois qu'on a le dévoilement... qui semble lui-même découler naturellement du vol au-dessus d'un nid de givrés...

Le style est insignifiant, banal. Aucune citation n'a attiré mon regard, c'est lisse...

Traduit de l'anglais par Corinne Daniellot

 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...