Une putain d'histoire - Bernard Minier
"Prix du meilleur roman francophone au Festival polar de Cognac"
Extrait des remerciements de l'auteur :
« Quant à l'une des sujets de ce livre –la fin de la vie privée, la menace que fait peser sur nos libertés politique et personnelle le développement tous azimuts d'Internet et la façon dont, d'un instrument d'émancipation planétaire, il est sur le point de devenir un instrument de contrôle et d'endoctrinement planétaire que se disputent gouvernements, fanatiques et simples citoyens-, il ne concerne pas seulement les personnages de ce livre : il nous concerne tous. »
15/02/2017

Comme le rappelle l'auteur dans ses remerciements, le sujet de la vie privée de nos jours est non seulement bien traité dans ce livre, mais il constitue l'un des fils de la trame de l'histoire. Et il a réussi à me faire prendre conscience de quelques hypothèses intéressantes que j'avais jusque-là filtrées par "ça n'arrive qu'aux autres".

Un autre fil de ce roman est ce satané maître chanteur qui semble tout connaître de tout le monde sur une île grande comme la paume de la main. À un moment, l'histoire est un équilibre très réussi entre Big Brother et commérage insulaire ; l'auteur évite avec brio un vulgaire "Big Brother te fait chanter" pour entamer plutôt un dévoilement progressif, de vérités et de mensonges indissociables, jusqu'à un dénouement certes vaguement prévisible mais... pas tant que ça, au final.

Le truc, c'est que j'ai eu un mal de chien à entrer dans la tête d'un ado de 16 ans qui se raconte à la première personne, dans un style initialement assez bancal (note de lecture cruelle : "Il n'y a pas de style.") Fort heureusement, l'ensemble trouve son rythme après une centaine de pages et finit par se dévorer.


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...