17/04/2014

Sous-titre : "Annexe à la théorie sexuelle"

Traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud avec le concours du Centre National du Livre.

Contrairement au titre de ce blog, "j'ai pas lu ça". Enfin, je me suis arrêté en entamant la 27ème page, au moment de me demander si je devais relire les 26 premières. À la place, j'ai lu la 4° de couverture de ce bouquin "offert pour 2 achetés" et j'ai mieux compris pourquoi je me grattais dubitativement la tête.

Sara Stridsberg rouvre le dossier de Valerie Solanas, cette féministe radicale qui tenta d'assassiner Andy Warhol en 1968, juste après avoir écrit le SCUM Manifesto, dans lequel elle prône la destruction du genre masculin.

Ça commence mal, dans la mesure où je me sens définitivement de genre masculin.

Nous plongeons dans le passé de V. Solanas, avec ses souvenirs obsédants : ses conversations avec sa mère, ambiguë et destructrice, le directeur de l'université de psychologie où elle a été admise, Andy Warhol lui-même et son désir obstiné de l'utiliser pour son art, ou encore la psychiatre qui la suit après la tentative de meurtre. Et surtout son amour fou pour Cosmogirl... Provocant, poétique, drôle et tragique, un roman envoûtant.

C'est ça. Rien que le résumé me donne l'impression de plonger dans la folie. Pour moi, la page 27 et les suivantes resteront aussi vierges que Solanas quand elle aura fini de détruire le genre masculin.


 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...