Après une scolarité sans histoire dans le Var (où elle vit toujours), Karine Giébel poursuit des études de droit tout en s’essayant à divers métiers (surveillante, pigiste, photographe..). Elle est désormais juriste dans la fonction publique territoriale.

Ses premiers romans sont parus aux éditions La Vie du Rail. Elle obtient le Prix marseillais du Polar en 2005 pour "Terminus Elicius", son premier livre paru en 2004.

"Les Morsures de l’ombre" est son troisième roman pour lequel, elle a reçu le Prix Polar du festival de Cognac en 2008 et le Prix SNCF Polar 2009.

Elle a reçu le Prix des Lecteurs à ce même festival pour "Jusqu'à ce que la mort nous unisse" (2009).

"Meurtre pour rédemption" (2010) est considéré comme un chef-d'œuvre du roman noir.

"Juste une ombre" est paru au Fleuve Noir en mars 2012, il a reçu le Prix Marseillais du Polar et le Prix Polar de Cognac.

En 2016 parait son 9ième roman: "De force", suivi du recueil de nouvelles "D'ombres et de silence" (2017) et de "Toutes blessent, la dernière tue" (2018).

Ses romans sont traduits en 9 langues.


Tags Bio Giebel

 

Jean-Christophe BURNEAU
par Jean-Christophe BURNEAU

Architecte du numérique le jour, geek la nuit et lecteur le reste du temps...

De Karine Giebel, j'ai lu ça...

Karine Giebel

"Purgatoire des innocents" - Karine Giebel

« Elle, la haine. La seule à pouvoir le remettre debout. La seule qui l'a aidé à tenir en taule. Rester un prédateur, ne pas devenir une proie. Donner les ordres, ne jamais les recevoir. Rendre les coups. Sans aucune pitié. Choisir, toujours. La haine, qui ne l'a jamais quitté depuis que son père l'a abandonné. La haine, sa colonne vertébrale, sa force, le levier de sa puissance. Plus efficace

Lire l'article complet
Karine Giebel

"Jusqu'à ce que la mort nous unisse" - Karine Giebel

« Mais ce matin, il ressentait cet étrange sentiment de destruction dans ses veines. Sentation d'étouffement, malaise familier qui s'imposait à lui comme une évidence. La liberté est synonyme de bonheur ; et cette fille qui préparait son petit déjeuner, chez lui, dans sa cuisine, était une souffrance. »
Ou :
« Peut-être simplement parce qu'il partait du principe que les bonnes femmes sont

Lire l'article complet
Karine Giebel

"D'ombre et de silence" - Karine Giebel

« J'ai souvent détesté ma vie. Je n'ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves. » « Il encaisse tout, supporte tout. Comme un bon soldat de cette saloperie d'armée qu'on nomme humanité. » « Chaque jour, elle grandit, s'épanouit en vous, diffusant lentement le poison dans vos veines et jusque dans vos muscles. Elle agite vos nerfs, gangrène votre cerveau. Bientôt, elle vous envahit

Lire l'article complet
Karine Giebel

"Terminus Elicius" - Karine Giebel

Avez-vous un cauchemar, Jeanne ? Suis-je devenu votre cauchemar ?
Oui.

Ce bouquin s'est glissé entre la page 440 et la page 441 de celui que j'avais déjà en cours. C'est vous dire s'il se lit facilement !

Il faut dire qu'il ne faut que quelques pages pour se rappeler qu'on est dans un Giebel et pour comprendre qu'on est dans la tête d'une fille moyennement bien dans sa tête, et


Lire l'article complet
Karine Giebel

"Maîtres du jeu" - Karine Giébel

« Tous les grands succès de Karine Giébel sont chez Pocket »

Cette double nouvelle aussi, même si nouvelle n'est pas toujours succès. On y retrouve pourtant tout ce qui fait Giébel : la revanche, la folie, le sang la peine et la douleur ; le cynisme et la froideur. On s'y fait retourner, comme à l'habitude, dans la dernière page.

Difficile d'évoquer –même à mots


Lire l'article complet
Karine Giebel

"Satan était un ange" - Karine Giebel

Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer, et qui pourtant fuient ensemble leur destin différent. Rouler droit devant. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait.
Il est encore temps de le juger. De le condamner, même. Mais il est bien trop tard pour le haïr.

De Giebel, ce livre a le style efficace, ces affres personnelles qui signent ses personnages, ces


Lire l'article complet
Karine Giebel

"Juste une ombre" - Karine Giebel

Juste une ombre. Qui s'étend sur ta vie et s'en empare à jamais. Tu lui appartiens, il est déjà trop tard.

J'ai enfin retrouvé l'émotion que Karine Giebel m'avait fait ressentir dans "Meurtres pour rédemption" - Karine Giébel. « Juste une ombre » est un nouveau plongeon dans une folie insidieuse, une brutalité masquée, des désirs de mort et des amours dangereuses...

Servie par


Lire l'article complet

"Chiens de sang" - Karine Giébel

Ce bouquin n'est pas comparable à son grand frère "Meurtres pour rédemption" que j'ai commenté il y a quelques jours. Mais c'est la même auteure, indiscutablement. Avec un petit truc en plus -deux histoires qui s'enchevêtrent, qui s'entortillent l'une à l'autre. Un peu plus long à démarrer, aussi, mais il n'y a aucun doute, celui-ci délivre également sa dose d'émotions. Et une fin... encore une


Lire l'article complet

"Meurtres pour rédemption" - Karine Giébel

Dur, très dur de commenter ce bouquin. Alors commençons par sa forme : un pavé de 989 pages (Pocket), noir et rouge, qu'on hésite un peu à entamer. Un pavé qu'on prend dans la gueule pendant 989 pages. Ça laisse de sacrées traces, même plusieurs heures après l'avoir refermé.

Au premier tiers d'un huis-clos brutal, violent, on se demande ce qu'on fout là et on tente de sortir la tête pour


Lire l'article complet